Maisons Bois

Qu’est ce qu’une « maison ossature bois ou MOB »?

La maison ossature bois est la technique de construction la moins onéreuse et qui s’adapte le mieux à la plupart des styles régionaux. C’est donc la plus répandue. Les murs de la maison à ossature bois sont réalisés sur la base d’un  » squelette  » constitué de membrures de bois espacées de 40 ou 60 cm (en général) entre lesquelles sont placés les matériauxisolants. Cette technique de construction permet également une préfabrication de murs complets en usine, à l’abri des intempéries. L’achèvement du clos-couvert peut être obtenu en quelques jours seulement, car il n’y a pas de temps de séchage. La tendance à mieux isoler les maisons conduit de plus en plus à doubler cette ossature d’une isolation périphérique extérieure en matériau isolant lourd (type fibre de bois par exemple) qui améliore l’isolation, procure un meilleur déphasage thermique au bénéfice du confort d’été et supprime tous les ponts thermiques imputables à l’ossature bois.

Le parement extérieur:

Il sert de rempart contre les intempéries. Il est souvent réalisé en bardage, c’est-à-dire en planches de bois qui peuvent être peintes, traitées ou laissées naturelles. Le bois (surtout non traité) exposé aux rayons solaires et aux éléments prendra une teinte grise avec le temps, mais ne perdra rien de ses qualités mécaniques. Le parement extérieur peut également être réalisé en crépi.

Une grande liberté de finition intérieure:

Les parois internes des murs sont le plus souvent réalisées avec des panneaux de plâtre offrant de multiples possibilités de finitions (peinture, papier-peint…). De fait, la maison ossature bois séduit les adeptes d’une présence modérée du bois.

Une idée fausse

Il est souvent donné comme argument en faveur de la maison bois que pour une qualité d’isolation identique à celle d’une construction maçonnée, le mur d’une ossature bois est moins épais de 40%, cela représentant des mètres carrés supplémentaires appréciables en cas de contraintes d’urbanisme et lors de la revente. Dans la pratique, l’intérêt de la construction en bois résidant — entre autres — dans la possibilité de réaliser une maison bien mieux isolée et plus confortable qu’une maison en maçonnerie, il est logiqued’augmenter fortement l’épaisseur d’isolant, comme expliqué plus haut, le surcoût étant très limité en pourcentage du prix total de la construction et en tout cas minimal par rapport aux économies d’énergies escomptées. De plus une maison en bois n’étant pas conçue sur le modèle d’une maison en béton, il y a de fortes chances que l’architecture et les surfaces diffèrent. Le gain de mètres carrés n’est donc plus significatif et n’est en tout cas pas un bon argument de vente face aux détracteurs de la maison des trois petits cochons  » en planches « .

Quels sont les avantages de l’ossature bois ?

 

Le bois présente de nombreux avantages et il faut se délester de nombreux a priori sur ce matériau :

– le bois est un produit de développement durable, puits de CO2

– il offre de grandes performances énergétiques,

– le montage de la maison se fait essentiellement en atelier et la phase de chantier est particulièrement courte, de ce fait elle est économe en énergie et en déchets,

– le bois est une matière première dont la longévité n’est plus à prouver … – les maisons à colombage des centres historiques  ont plus de cinq siècles !

– l’ossature bois permet une grande liberté architecturale, car elle permet de meilleures charges et portées que le parpaing/béton ; de plus, les extensions et modifications sont aisées, ce qui en fait une maison facilement évolutive.

– c’est un matériau antisismique, dont la résistance est bien supérieure au parpaing/béton : les japonais le savent depuis très longtemps…

– l’ossature bois a une meilleure tenue aux incendies : Le bois est certes combustible mais, correctement dimensionné, il offre une résistance à l’incendie comparable à d’autres matériaux de construction. La température d’ignition du bois (c’est-à-dire la température qu’il faut atteindre pour qu’il s’enflamme) est de 250 °C pour la plupart des résineux et de 350°C pour les feuillus. Le bois ne brûle que de 0,7 mm par minute (4,2 cm par heure) et la couche carbonisée forme une protection pour le cœur du bois. Dans cette couche, le flux de chaleur est réduit de plus de moitié. Le bois est mauvais conducteur de la chaleur et ne se dilate que peu. À l’issue d’un incendie, sous sa surface carbonisée, le bois intact préserve sa capacité portante, au contraire des armatures du béton armé qui se sont déformées, dilatées, voire le plus souvent ont fait effondrer la structure. Lors d’un incendie, le bois ne produit pas de fumées toxiques, au contraire d’autres matériaux comme les menuiseries en PVC qui, en brûlant, dégagent de l’acide chlorhydrique, des isolants en polyuréthane qui, eux, produisent de l’acide cyanhydrique.

Publicités